Nécropole

Promenade du Canal et Allée du Souvenir

L’ancien Canal des Salines, peu à peu comblé après la seconde guerre mondiale, est aménagé en une promenade agréable et tranquille, égayée de décorations florales du meilleur goût.
La statue de la Vierge érigée à l’entrée du cimetière, date de 1891. Cette promenade se prolonge au-delà de l’entrée du cimetière par l’Allée du Souvenir.
Après la première guerre mondiale, le cimetière s’est agrandi par la création du cimetière militaire. Ce monument a été élevé à la mémoire des soldats français.

Outre l’inhumation des soldats tombés sur le sol dieuzois, une grande partie de ce cimetière est réservée à la sépulture de 821 soldats roumains faits prisonniers par les Allemands et amenés comme main-d’oeuvre dans la région en 1917. Un monument érigé au milieu des tombes est dédié à la mémoire de ces soldats morts en captivité dans la région au cours des années de 1917 et 1918. Le cimetière roumain a été inauguré le 12 septembre 1920.

En 1940, les Grenadiers polonais sont chargés de retarder l’avance de l’armée allemande. Beaucoup d’entre eux périssent à leur poste de combat. Le cimetière
militaire s’agrandit encore par l’inhumation de 259 Grenadiers polonais. Deux monuments rappellent leur mémoire : l’un est érigé dans le cimetière et l’autre sur l’Allée du Souvenir.

Autres monuments au cimetière militaire :

Stèle érigée en l’honneur du 125ème Escadron du Train à Arras, transférée à Dieuze en juin 1992.
Monument créé par le sculpteur roumain Botarro à la mémoire des soldats français tombés en Roumanie en 14-18, inauguré le 9 novembre 1998.

En parcourant la ville :

Sur la route de Nancy, près de l’ancienne gare, une stèle inaugurée le 11 novembre 2012 rappelle l’expulsion des habitants de Dieuze et des villages environnants vers le Sud-Ouest. Ces expulsions se sont déroulées en plusieurs vagues en 1940 et 1941. La plus importante, au cours du mois de novembre 1940, a vu plusieurs trains chargés de familles expulsées, quitter chaque jour la gare de Dieuze.
Plaque apposée au mur d’entrée de la Saline en mémoire des ouvriers de l’usine victimes de la guerre 39-45.
Dans l’enceinte de la Saline, près du parterre à l’entrée des allées longeant le bâtiment du Puits Salé, est placé un socle mentionnant la cession des bâtiments de la Saline à la ville de DIEUZE (en 1994).
En outre, le circuit du patrimoine, jalonné de bornes explicatives, relate l’histoire de Dieuze et de la Saline.